LowCarbonPower logo
Instagram Facebook X (Twitter)

Électricité en Afrique subsaharienne en 2022

Ranking Mondial: #108
35.9% #95 Électricité bas carbone
NaN watts #214 Production par personne
471.82 gCO2eq/kWh #126 Intensité carbone

En 2022, la consommation d'électricité en Afrique subsaharienne est majoritairement dominée par des sources fossiles avec près de 63%, dont 42% proviennent du charbon et 14% du gaz. Les énergies bas carbone représentent environ 36% de la consommation d'électricité, avec une part importante d'hydroélectricité à près de 28%. Les autres contributions des énergies bas carbone sont plus modestes : l’éolien représente 2,7%, le nucléaire environ 2%, et le solaire également proche de 2%. Les sources géothermiques et de bio-carburants combinées ne comptent que pour 1,7%. La proportion élevée d'énergies fossiles met en avant la nécessité de progresser vers des solutions énergétiques plus propres et durables.

Suggestions

Pour accroître la production d'électricité bas carbone en Afrique subsaharienne, la région peut s'inspirer des pays ayant réussi dans ce domaine. Par exemple, des pays comme le Kenya et le Cap-Vert tirent respectivement 15% et 14% de leur électricité de l’éolien, tandis que des pays similaires comme le Maroc misent également sur l'éolien à 14%. Le Yémen et le Malawi montrent qu'il est possible de générer jusqu’à 20% et 13% de l’électricité grâce au solaire, respectivement. En se tournant vers l'expérience d'Uruguay, qui génère 35% de son électricité via l’éolien, ou encore des pays européens comme le Danemark ou l'Allemagne qui exploitent fortement l’éolienne et l’énergie solaire, l'Afrique subsaharienne bénéficie d'exemples probants pour augmenter sa production d'énergie propre.

Histoire

Le développement de l’électricité bas carbone en Afrique subsaharienne a connu des variations importantes ces dernières années. Au cours de la décennie précédente, l'hydroélectricité a joué un rôle prépondérant avec des augmentations significatives en 2014 (6.8 TWh), 2017 (6.1 TWh) et surtout en 2018 (8.5 TWh). L’énergie éolienne a aussi vu une croissance notable avec une augmentation de 2.4 TWh en 2015 et 2.8 TWh en 2021. Cependant, le nucléaire a connu des périodes de recul, comme en 2018 (-2.6 TWh) et surtout en 2020 (-3.3 TWh). Ces fluctuations soulignent l'importance de politiques stables et d’investissements continus pour maintenir et augmenter la part de l'énergie bas carbone dans le mix énergétique de la région.

Importations et exportations d'électricité

Balance commerciale

Sources des données

Ceci est une région agrégée avec des données de : Angola, Bénin, Botswana, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Cap-Vert, République centrafricaine, Tchad, Comores, Congo-Brazzaville, Congo-Kinshasa, Côte d’Ivoire, Djibouti, Guinée équatoriale, Érythrée, Éthiopie, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Kenya, Lesotho, Libéria, Madagascar, Mali, Malawi, Mauritanie, Maurice, Mozambique, Namibie, Niger, Nigéria, Rwanda, Sao Tomé-et-Principe, Sénégal, Seychelles, Sierra Leone, Somalie, Afrique du Sud, Soudan du Sud, Soudan, Eswatini, Tanzanie, Togo, Ouganda, Zambie, Zimbabwe.
Instagram Facebook X (Twitter)